2 992 983 visites 11 visiteurs

Ils ont contribué à l’histoire des Gars du Reun

26 septembre 2018 - 18:35

Vous croisez parfois leurs tempes grisonnantes, leurs regards amicaux et leurs sourires bienveillants autour de la main courante du stade municipal ou à l’école de foot. Ils vous connaissent souvent mieux que vous ne les connaissez. Ils ont pourtant aussi participé aux grandes heures et à l’histoire de notre club. Il est donc temps d’aller à leur rencontre pour que nos jeunes générations sachent reconnaître leurs anciens.

 Aujourd’hui, qui es tu ?

 

GUY NICOLAS DIT « GUS »

 

- Peux tu nous dire où et quand tu es né ?

Je suis né le 17 janvier 1959 à Brest.

- Quels sont tes liens avec la ville de Guipavas ?

Je suis originaire de Guipavas, mes parents tenaient une ferme à Kervao. J’y ai passé toute mon enfance et ma jeunesse. En fait, j’ai réellement quitté la région en 2007 pour  le sud Finistère pour des raisons professionnelles.

- Quels sont ou ont été tes activités en dehors du football à Guipavas ?

Je travaille au siège du Crédit Agricole du Finistère à Quimper. Je suis responsable du service marketing.

 

- Quand as-tu signé au club en tant que joueur ?

J’ai signé ma première licence en benjamins en foot à 11 en 1970 et en milieu de saison, le foot à 7 a été instauré pour les jeunes.

 

- Combien d’années as-tu joué aux GDR ?

 J’ai joué 35 ans au foot dont 30 ans pour les GDR… Je suis parti trois ans au Stade brestois de 1977 à 1980 puis j’ai aussi joué pour le Stade Morlaisien de 1981 à 1982 avant de revenir aux GDR .J’ai arrêté de jouer à 46 ans en vétérans.

 

- A quelle place jouais-tu ?

J’ai joué aux trois postes de l’attaque. En 7 en 9 et en 11 !

 

- A quel niveau as-tu joué ? ( à Guipavas ou ailleurs)

Si on parle du niveau le plus haut où j’ai joué, c’est la D2 (actuelle L2). J’ai fait un match avec le Stade Brestois. C’était à Gueugnon en 1978. Alain de Martigny était l’entraineur, pour les anciens, j’ai joué avec Yvon Le Roux et Loulou Floch. Après je pense que je n’avais pas le niveau pour enchaîner les matchs à ce niveau là…Au Stade Brestois, j’ai surtout joué en équipe réserve en Division 3 (niveau Nationale 2 aujourd’hui) et au Stade Morlaisien en Division 4 (niveau Nationale 3 aujourd’hui)

- Peux-tu citer  certains de tes co-équipiers aux GDR ?

Il y a tous mes potes avec qui j’ai joué pendant de nombreuses saisons. Je ne peux pas les citer tous mais les plus connus sont Bernard Kerléguer, Peter Queguineur, Alain Jacob, Titic Laviec, GilbertAch, Dédé Miossec , Jean Marc Lesven, Charly Prigent, Bubu Madec… il y a aussi trois copains aujourd’hui disparus dont je veux rappeler les noms : Saik Inizan, Jacques Le Guen et André Toulec alias « Mac Toul ».

 

- Penses-tu qu’il y ait beaucoup de différences entre les conditions d’entrainement, de déplacement que tu as connues et celles d’aujourd’hui ?

C’est sûr il n’y a pas photo avec notre époque ! Les clubs sont bien plus structurés et plus équipés aussi. Nous on s’entrainait sur stabilisé. C’était archaïque mais c’était comme ça et cela ne nous choquait pas. On jouait le dimanche sur tous les terrains. Aujourd’hui les pelouses sont bien entretenues. En ce qui concerne les déplacements, on utilisait à tour de rôle nos voitures personnelles. Quand on allait jouer très loin, on avait un car et parfois les supporters nous accompagnaient et ça c’était sympa ! J’ai fait partie des supporters en 1976 quand l’équipe première devait absolument gagner son match à Commana pour monter en DHR. L’équipe d’alors, entrainée par Fafa Piriou, avait gagné et montait pour la première fois de son histoire en DHR, c’était génial. Plus tard, en tant que joueur, le club pour les gros matchs nous mettait en car à disposition, c’était un évènement!                                                                                                                                                          Avec le Stade Brestois, quand j’ai joué à Gueugnon, on ne voyageait pas  en avion… mais en car ! On était parti le vendredi matin, on avait dormi là-bas, joué le samedi soir et on était revenu le dimanche matin après avoir roulé toute la nuit.

 

- La tactique, le niveau de jeu, le déroulé des matchs, le coaching ont-ils beaucoup changé par rapport à l’époque où tu jouais ?

Aujourd’hui c’est bien plus tactique. A l’époque, on jouait plus  sur l’aspect physique. Mon premier entraineur était Tata Inizan. Il m’a beaucoup appris techniquement… Ensuite en équipe première mon premier coach était Fafa Piriou et j’ai vraiment appris ce qu’était le physique ! Je peux aussi dire qu’à l’époque, on t’inculquait la gagne et l’amour du maillot. Encore aujourd’hui je suis hyper fier quand les GDR gagnent !!!                                                           

Après je pense que la dimension tactique a pris le pas en partie à cause de la grande médiatisation du football et aussi de la formation des coachs. Avant les entraineurs étaient d’anciens joueurs qui essayaient de transmettre ce qu’ils avaient connu… Aujourd’hui la dimension formation est primordiale, tous les clubs ont des entraineurs diplômés et l’aspect tactique prend de plus en plus d’importance !

 

- Quel est ton meilleur souvenir avec les Gars du Reun ?

Au delà des souvenirs des grands matchs de Coupe de France en 1985-1986-1987 , des derbys avec de nombreux spectateurs contre St Roger ou Plabennec ou de la montée en DSR en 1990, je crois que mon meilleur souvenir est d’être allé au tirage des 32e de finale de la coupe de France à Paris au Palais des Congrès en 1987. On était avec deux autres clubs les petits poucets de la coupe. J’y suis allé avec César et Charly Prigent. Le tirage était fait par Patrick Sebastien et une chanteuse, aujourd’hui perdue de vue, Sabine Paturel. On  nous avait  installé entre Henri Biancheri, alors directeur sportif de Monaco et Pierre Garonnaire le directeur sportif de St Etienne, le club mythique de notre époque  qui avait participé à la grande épopée européenne des verts dans les années 1970. Rien que d’être là à côté d’eux c’était magique. On en était très fier ! Ensuite après le tirage on a eu le droit à une interview sur RTL !! Bref, un moment historique pour les GDR et inoubliable pour nous !

 

- Et le plus mauvais ?

La descente de DSR en DHR en 1992. C’est un très mauvais souvenir ! Le président de l’époque était   Jean – Jacques Quere. Je me rappelle qu’à quelques journées de la fin on avait gagné à Milizac, avec qui on luttait pour ne pas descendre. On pensait que l’on était sauvé après ce match… Et puis on a perdu les deux derniers matchs et on est descendu. Milizac s’est maintenu car ils avaient gagné leurs derniers matchs… Le dernier match on l’a perdu 4 à 0 contre l’ASB et ce jour-là, je prends un rouge ! Ça reste un très mauvais souvenir en tant que joueur!

 

- Quel est pour toi le meilleur joueur que tu aies vu ou côtoyé aux Gars du Reun ?

J’ai vu et joué avec beaucoup de bons joueurs aux GDR.! J’ai joué avec Fafa PIRIOU en première, j’avais 16 ans, il ne lâchait rien. Pour moi un des meilleurs c’est Pierre Stervinou ! Il me faisait penser à Johan Cruyff ! Je dirai aussi Yvon Corre, Jean Donval avec qui j’ai joué au Stade Brestois, Claude Raguénes ancien de l’ASB, Gilles Kervella le guipavasien avec qui j’ai joué au Stade Brestois et au Stade Morlaisien. Bien entendu, il y a tous les potes de l’équipe de 1987. Nous avions vraiment une bonne équipe, très solidaire et très complémentaire avec de bons techniciens comme Jacques LE GUEN, Gilbert ACH, Bernard BOUCHER.

 

- As-tu une anecdote particulière liée à ton parcours aux Gars du Reun ?

Après le match perdu contre Tours en 32e de finale de la coupe de France, on a fait la fête toute la nuit  et le dimanche matin on a remonté le bourg sur les capots des voitures !!! . Je crois cependant que le souvenir le plus fort c’est quand avec quelques joueurs, on est allé voir Jean Maguet, notre ancien prof de maths. Il était à la maison de retraite. C’était un grand supporter des GDR et cette visite avait été très forte tant pour nous que pour lui je pense.

 

- Quel lien gardes-tu avec les GDR ?

J’ai quitté les GDR en 2007 après 7 ans de présidence pour des raisons professionnelles. J’ y ai été joueur, trésorier, coach de la B et président .Je suis resté trésorier du comité de liaison jusqu’en 2015  pour François Quentel qui a tant donné aux GDR. Je suis avec attention les résultats des GDR dans le journal. Le site des GDR que je consulte très régulièrement me permet de me tenir très au courant de ce qui se passe et c’est vraiment génial. Mes deux fils, Marc Antoine et Gaëtan ont joué aux GDR avant d’en partir également pour des raisons professionnelles. Ils suivent aussi encore fidèlement les GDR par Facebook et sont ainsi au courant de tout !!

 

- Viens- tu régulièrement aux matchs ? et pourquoi ?

Je vis dans le sud Finistère mais je viens assister à 3 ou 4 matchs dans l’année quand je viens voir mon père à la maison de retraite. Il a été un supporter très fidèle des GDR pendant de nombreuses années avec tous ses collègues agriculteurs.

 

- Que penses-tu aujourd’hui du club et de ses joueurs ?

C’est une très belle évolution ! Je suis très fier des GDR ! J’ai laissé ce club en tant que président, dans une situation financière saine et avec un bon encadrement. Nathalie, la présidente et son équipe font un super boulot .Le club se structure avec un encadrement de qualité, les équipements s’améliorent d’année en année .Je pense que le club a franchi une étape et qu’il devient ambitieux mais il faut garder ses fondamentaux et sa raison d’être.

 

- Si tu devais donner un conseil aux générations qui jouent aujourd’hui aux Gars du Reun quel serait –il ?

Profiter du temps que vous avez pour jouer ! Ça passe tellement vite ! Si je pouvais revenir en arrière, je crois que j’essaierai de profiter encore plus de tous les bons moments passés avec les potes, les dirigeants et les bénévoles. Il faut prendre son pied en jouant au ballon. Le foot  et le sport en général sont une belle école de la vie. Ça t’apprend à évoluer avec les autres et à gérer les difficultés.                                                      Et bien sûr, respectez vos dirigeants et les bénévoles du club, ce sont des denrées rares. J’ai eu de la chance de  côtoyer  des personnages emblématiques comme Jean Jacques Quéré, François Quentel, Jean Pierre Hili, Michel Quenéhervé, César Kerléguer, René Rozec, René Audren, Henri Paillier, Ferdi Page, Jean Jacques Pouliquen, Jean Michel Ramirez, Jean lou Appéré, Gilles Vourch  et bien d’autres encore sans oublier mes anciens présidents : Charles Bronnec, Guy Tranvouez, Jo Jacolot, Tata Inisan, Dédé Le Ny

 

- Si tu devais résumer les GDR en un mot ou une phrase?

Une famille et un état d’esprit.

 

- Quel joueur aimerais-tu voir dans cette rubrique ?

Mon copain Bernard Kerleguer bien sûr  et aussi Alain Jacob car « Rabi » c’est quelqu’un avec qui j’ai joué au Stade Morlaisien, que j’ai fait venir aux GDR et  avec qui j’ai vécu des bons moments. Je pense qu’il le mériterait franchement. Je pense aussi à des bénévoles comme Claude Quefféléant, une figure des GDR, Jean Yves Kerouanton, toujours fidèle au comité, et bien sûr à plein d’autres car chacun peut raconter un bout de l’histoire de notre grand club des GDR. J’ai connu tellement de belles personnes aux GDR.

 

Commentaires

Pl Equipe Pts Jo V N D Bp Bc Diff
1 Tregunc US 24 11 8 0 3 29 14 15
2 Plouzané ACF 2 22 11 7 4 1 21 13 8
3 Guipavas GDR 21 12 6 3 3 24 23 1
4 Lorient CEP 20 12 6 2 4 21 24 -3
5 Concarneau US 2 19 11 6 1 4 28 14 14
6 Ergué Gabéric PD 18 12 5 3 4 27 22 5
7 Plabennec S 2 17 12 5 2 5 27 24 3
8 Chateaulin FC 15 12 4 3 5 10 16 -6
9 Vannes OC 2 15 11 4 3 4 21 18 3
10 Saint Renan EA 13 12 3 4 5 18 21 -3
11 Plouvorn AG 12 12 3 3 6 9 21 -9
12 Auray FC 10 12 1 7 4 9 13 -4
13 Theix A 9 11 2 3 6 12 20 -8
14 Pontivy GSY 2 8 11 2 2 7 14 31 -17